Le chat du Léman

Je rédige tellement cet article à contre-coeur que vous avez failli attendre la « mi-Août » pour avoir enfin le récit de la capture du chat Genevois…

Tout commence par une journée avec Kévin alors que l’ami Didier Courtois passe le week-end à la maison.

Nous attaquons assez tard, Kévin a déjà fait un poisson de 120 au Pulse…Sauf qu’il ne se passe pas grand’chose de plus. On a beau poncer les zones à poutres, pas la moindre écharde pour émailler la journée. J’en profite pour faire nager les nouveautés 2016, en l’occurence mon Giant Ripple 20cm prémonté. A l’endroit précis où j’avais décroché un très gros broc lors de ma première sortie cette année, je prends enfin une belle touche. Le combat commence loin du bateau, c’est lourd, très lourd…et l’amplitude des coups de tête laisse penser à un broc hors norme! Lorsque le poisson arrive à l’aplomb du bateau tous les signes du « chat » sont là mais nous nous refusons à croire au glane tant la probabilité est infime. Je vous laisse découvrir la vidéo ici:

https://www.facebook.com/#!/Berkley.France/videos/vb.492634250767219/1091664780864160/?type=2&theater

 

A la fois content du coup de ligne improbable et déçu que ce ne soit pas un broc géant, nous appelons Arnaud Fileppi pour lui raconter l’histoire. Kévin a beau lui répéter 3 fois que c’est un silure il n’entend que la taille…139…persuadé que c’est un brochet. L’ouïe devient sélective lorsqu’on aborde le thème du gros broc sur le Léman. Tous sont tellement persuadés que c’est là que tombera le record que le conditionnement est fait…

Le poisson est mis au vivier, avant de décider de le conserver nous avons besoin de réfléchir à froid. Quelques appels sont passés par Kévin aux gardes Suisses que l’on ne parvient pas à joindre. Ils auraient sûrement été intéressés par la capture, c’est dommage. En ce qui concerne la garderie Française c’est un sketch, Kévin s’interroge sur la place du silure dans la niche du brochet et se voit répondre que le broc est surdensitaire, limite nuisible, alors qu’il ne faut pas s’inquiéter….Après tous les efforts déployés, la médiatisation, les centaines de bateaux qui affluent de toute la France, les locaux n’ont toujours pas compris l’intérêt de protéger la ressource « brochet ». Le tourisme pêche qui s’est amorcé autour de ce poisson est quand même intéressant non? Le décalage persiste et dégoûte…

Bref, Kévin parvient parvient à trouver un gastronome qui rendra les hommages de la table à notre malheureux chat et c’est tant mieux, il n’était pas question de le laisser sur berge ou dans un endroit où il ne serait pas consommé.

Encore une fois Kévin, Moustache gracias pour cette sympathique sortie.

Facebook Comments
Catégories : Divers