première sortie de l’année

Les conditions de début janvier ne m’incitaient pas à sortir les cannes, des eaux trop froides et trop claires rendaient la pêche plus que compliquée. Après trois journées à parler de pêche à Clermont, je dois avouer que j’avais envie d’y retourner quitte à ne pas prendre grand chose…et la meilleure, c’est que j’ai trouvé deux enragés pour me suivre dans cette épopée. Mais avant de se retrouver au bord de l’eau, il fallait déjà remplir plusieurs missions. La première consistant à rentrer de Clermont sous la neige et après trois journées de salon assez intenses. La suivante consistant à décharger la voiture et la recharger assez vite pour pouvoir reprendre la route et faire la grosse centaine de kilomètres qui me sépare de mes partenaire de jeux. Se sera donc coucher tard, lever tôt, un peu top même!

Arrivé sur l’eau, il fait froid mais les conditions ne semblent pas si limitantes que cela. Les petites pluies des derniers jours ont légèrement gonflé le débit et notre moral par la même occasion. Nous commençons tous les trois en linéaire. Pendant deux heures nous allons faire plusieurs postes sans la moindre touche. C’est juste en amont d’un arbre immergé que je vais enfin ressentir le « toc » salvateur. La touche de qualité ne me laisse aucun doute sur la destination que vient de prendre mon Grass Pig, qui est vraiment le leurre de cet hivers. Depuis le temps que l’attendais, difficile de ne pas lui mettre un ferrage ample et ferme dans les dents à celui-là! C’est un premier sandre correct qui vient nous remonter le moral.

DSC_0011

pas de doute, il en voulait…

DSC_0013

Après une bonne demie-heure en linéaire, nous décidons de passer en verticale sur les fosses. Il n’y a que très peu d’échos et, les deux touches de mes comparses ne nous incitent pas à persévérer dans cette voie. Nous repartons faire de la verticale mais en longeant le pied du cassant principal en bordure. Mes lascars pêchent à l’avant assez lourd. Pour ne pas faire la même chose, je pêche léger assez loin derrière. S’ils mettent des finness, je met des shads et inversement. Je vais ainsi prendre ma seconde touche de la journée sur un Stoop en 4″ monté sur une Deep Jig en 10Gr. C’est encore un joli poisson qui monte à bord.

DSC_0017

DSC_0019

La robe de ces sandres d’eau claire est toujours aussi somptueuse.

Nous insistons sur cette voie, mais sans plus de résultat. Il ne nous reste plus qu’à attendre le coup du soir en linéaire en espérant que les températures un peu plus chaudes en journée les aient mis en appétit. Pendant la dernière heure chacun d’entre nous va tenter sa chance avec un panel de leurres aussi varié en couleurs qu’en tailles. Sur les derniers lancers, je vais reprendre une très belle touche sur mon fidèle Ripple en 11. Au moment de lancer le ferrage, je sais que c’est dedans! Et là, avant que ce dernier ne porte vraiment ma tresse se détend. Coupé! La dernière des touches de la journée était celle d’un broc. Difficile de trouver une solution à ce dilemme. Les sandres ne mordent pas sur des bas de ligne trop gros et les brocs coupent les bas de ligne fins…ma seule consolation c’est que mon ferrage n’ayant pas porté et que mes leurres n’ayant pas de triple voleur, je sais que ce poisson va se débarrasser sans le moindre problème de mon Ripple. Ainsi se termine, la journée, deux poissons au bateau et juste quelques touches timides en plus. Par respect pour mes compagnons d’infortune, ces derniers resterons dans l’anonymat. Ils ont été un peu moins chanceux en cette belle journée mais ils ont eu le mérite de rien lâcher. Bravo les loulous, la prochaine fois je ne serai pas surpris que ce soit l’inverse.

 

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

 

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

Facebook Comments
Catégories : Compte rendus pêche